Procès OGM de Colmar: Résistons!!

Publié le par regales.over-blog.com

pourquoi-200Dans la nuit du 14 au 15 août 2010, des Faucheurs volontaires avaient arraché 70 pieds de vigne, modifiés génétiquement pour résister au virus du court-noué. L’autorisation de cet essai venait d’être prolongée trois mois plus tôt par le gouvernement français. Interpellés par les gendarmes sur le lieu même de l’action, les faucheurs volontaires étaient mis en examen et le procès avait lieu le 28, 29 et 30 septembre.

Ainsi, selon InfoGM, le collectif des Faucheurs volontaires explique son action : « les champs d’expérimentation d’OGM sont le premier pas d’une démarche commerciale visant à imposer [...] des cultures actuellement non autorisées, et surtout non plébiscitées ni par la population ni par les professionnels - […] cette étude ne peut statuer sur le possible passage d’éléments du transgène dans le fruit ou le vin ». Et de préciser dans leurs revendications, « que les fonds publics financent des recherches sur les alternatives de lutte contre le court-noué plutôt que sur des OGM dont on sait qu’ils généreront [...] une dépendance des agriculteurs, vignerons, et travailleurs de la terre au brevetage sur le vivant [...] ».

Le procureur de la République a requis trois mois de prison avec sursis pour les non récidivistes et 100 jours amendes à 20 euros pour les six récidivistes.
L’Inra, elle, demande 540 000 euros de dommages et intérêts pour les destructions occasionnées.

Là encore, ce procès prouve encore une fois que les combats non menés sont forcément perdus. Ces essais en plein champ sont la preuve cinglante d'une dérive inacceptable liée à la marchandisation et à l'accaparement du vivant. Au lieu de s'égarer dans cette voie harsardeuse, la recherche publique n'aurait-elle pas plutôt intérêt à développer une recherche agro-écologique plus proche d'une agriculture familiale à taille humaine sans manipulation génétique ? La véritable finalité de cette recherche ne devrait-elle pas être investir euros et heures sur une agriculture écologiquement soutenable, économe en eau et protectrice de notre biodiversité?images-copie-3

Il est incroyable que, sous couvert de recherche, on s'acharne à imposer aux viticulteurs et aux consommateurs ce qu'ils ne veulent ni dans leurs terres, ni dans leurs assiettes, ni dans leurs verres à savoir les OGM. A moins que ce coup de force soit une énième tentative de contournement démocratique pour l'imposer de manière insidueuse par la pression des lobbys qui peuvent allègremment fouler de leurs intérêts abjects la souveraineté populaire.

Le délibéré a été mis au 14 octobre 2011. Le plus grand danger qui nous menace reste bel et bien la passivité car aujourd'hui le silence des pantoufles est bien plus à craindre que le bruit des bottes.

Par conséquent, l'association REGALES a décidé d'apporter sa modeste contribution à cette lutte contre la commercialisation et la propriété intellectuelle du vivant à travers ces brevets dont personne n'ignore la finalité marchande. A ce titre, le bureau de REGALES soutient le collectif des faucheurs volontaires du procès de Colmar en envoyant un chèque de 40 euros.


Antony

 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article